Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2009 5 24 /04 /avril /2009 15:48

Bismillahir rahmanir rahim
Préambule

            Ceci est un récit d’un homme qui a abusé de sa personne en exagérant dans les péchés. En ce qui le concerne, il avait tué cent personnes. Le cas de celui qui tue une personne, auprès de Dieu (swt), est grave, et son fardeau est lourd. Mais il n’existe aucun péché sans que la miséricorde de Dieu (swt) n’enveloppe facilement celui qui l’a commis, car Dieu (swt) pardonne tous les péchés, si les serviteur se repentent et reviennent à Dieu. Lorsque celui qui a abusé dans le versement du sang a frappé à la porte de son seigneur(swt), avec sincérité, revenant vers LUI (swt) en se repentant, Dieu (swt) lui a pardonné ses péchés, et lui a fait miséricorde.

 

Le texte du hadith

Bukhari a rapporté dans son Sahîh, d’après Abû Sa’id El-Khudri (re), que le Prophète (sws) a dit : « Il y avait, parmi les Enfants d’Israël, un homme qui avait tué quatre-vingt-neuf personnes. Il est sortit interroger, et il est arrivé vers un moine. Il l’interrogea en lui disant : « Y-a-il un repentir pour moi ? » - Il lui a dit : « non ». Alors il le tua. Il s’est donc mis à interroger, et un homme lui a dit : « Rends-toi à une cité, comme ceci, comme cela ».

Puis, la mort l’atteignit, et il se leva avec effort et difficulté malgré la lourdeur qui l’a atteint dans la mort. Alors se sont querellés à son sujet les anges de la miséricorde et les anges du châtiment. Dieu inspira donc à celle-ci (cette terre) de se rapprocher (de lui). Il dit : « Mesurez ce qu’il y a entre (les deux pays) ». On trouva que cette (terre) était plus proche (de lui) d’un empan. Alors on lui pardonna. »

            Muslim a rapporté dans son Sahîh, d’après Abu Sa’id El Khidri (re), que le Prophète (sws) a dit : « Il y avait, parmi ceux qui vécurent avant vous, un homme qui avait tué quatre-vingt-dix-neuf personnes. Il s’enquit du plus savant des gens de la terre, alors on lui indiqua un moine. Il arriva vers lui et lui dit qu’il avait tué quatre-vingt-dix-neuf personnes, et est-ce qu’il y avait un repentir pour lui. Le moine lui répondu : « Non ». Alors il le tua, et il en fit sa centième (victime). Puis il s’enquit du plus savant des gens de la terre, et on lui indiqua un homme savant. Il lui dit qu’il avait tué cent personnes et est-ce qu’il y avait pour lui un repentir. Il lui répondit : oui, car qui pourrait s’interposer entre lui et le repentir : « Va dans tel pays, comme ceci, comme cela, car là-bas, il y a des gens qui adorent Dieu. Adore donc Dieu avec eux, et ne reviens surtout pas dans ton pays, car c’est un mauvais endroit ». L’homme s’est donc mis en route et , quand la mort l’a saisi, il était parvenu à la moitié du chemin. Alors se disputèrent à son sujet les anges de la miséricorde et les anges du châtiment. Les anges de la miséricorde dirent : Il est venu repentant, avec un cœur tourné vers Dieu ! ». Les anges du châtiment dirent : « Il n’a jamais fait de bien auparavant ! ». Alors un ange sous la forme humaine vint à eux, et ils le prirent pour juge. Il dit : « Mesurez la distance entre les deux pays. Le pays le plus proche désignera son pays ». Ils mesurèrent, et ils trouvèrent qu’il était plus proche, d’un empan, de la terre où il voulait (se rendre). Alors les anges de la miséricorde recueillirent son âme. » Qatada a dit : El-Hassan a dit : On nous a cité que lorsque la mort lui est venue, il s’est éloigné avec sa poitrine.

 

Morales et Utilités du hadith

1- L’étendu de la miséricorde de Dieu (sws) dans l’acceptation du repentir des repentants, quelles que soient l’abondance de leurs péchés et l’abondance de leurs fautes, et c’est pour cette raison que ceux qui désespèrent de la miséricorde de Dieu (swt) sont des ignorants en Dieu (sws) qui ne connaissent pas l’étendue de Sa Miséricorde.

2- L’acceptation du repentir d’un assassin s’il se repent sincèrement. Certains gens de sciences ont contesté cela, alors que le hadith est explicite au sujet de l’acceptation de son repentir. Ceci n’a pas été restreint seulement aux communautés précédentes, et ceci est prouvé par la parole du Très-Haut :

« Ceux qui n’invoquent pas d’autre divinité avec Dieu qui ne tuent pas la vie que Dieu a rendue sacrée, sauf à bon droit ; qui ne commettent pas de fornication – car quiconque fait cela encourra la punition, et le châtiment lui sera doublé, au jour de la Résurrection, et il y demeura éternellement couvert d’ignominie, sauf celui qui se repent et accomplit une bonne œuvre… » [Qoran 25/68 à 70]

            Dieu(swt) a exclu, les repentants qui pratiquent les bonnes œuvres de, ceux à qui le châtiment sera doublé parmi les associateurs, les assassins criminels et les fornicateurs.

La croyance des Ahl-Sunna wa el-Jamâ’a, et ceux qui les suivent, est que tout péché dénué de toute idolâtrie (chirk) est pardonnable. Si Dieu (sws) veut, Il châtie le pécheur, et s’Il veut, il lui pardonne :

« Certes Dieu ne pardonne pas qu’on LUI donne quelque associé, à part cela, il pardonne à qui Il veut. » [Qur’an 4/48]

3- Le savant doit guider les repentants vers les actes qui enracinent la foi dans leurs cœurs, et qui les délivrent des maux avec lesquels ils vivaient, comme ce savant a indiqué à cet homme repentant l’abandon de son pays et son départ vers un peuple de vertueux pour adorer Dieu (sws) avec eux.

4- Le mérite du savant par rapport à l’adorateur, le savant a rendu une décision juridique avec science, alors que le moine l’a fait avec ignorance.

5- Les anges chargé des Enfants d’Adam divergent dans leur effort sur le jugement des êtres-humains, et il se peut qu’ils remettent l’affaire à leur Seigneur (sws) pour qu’il juge entre eux sur ce en quoi ils ont divergé.

6- Dieu a spécifié des anges pour recueillir les âmes des croyants au moment du saisissement de leurs âmes, on les nomme les anges de la miséricorde. Quant aux anges, qui recueillent les âmes des pervers injustes, ils sont les anges du châtiment.

7- La capacité des anges à se transformer dans l’aspect humain comme a fait cet ange qui a jugé entre les anges de la miséricorde et les anges du châtiment.

9- Il n’est pas obligatoire au savant, qui n’est pas chargé de la fonction du jugement, d’exécuter la sentence de Dieu (swt) sur les criminels, car cet homme a confessé au savant qu’il avait tué cent personnes, et il ne l’a pas emprisonné, et il n’a ni enquêté sur son cas, mais il l’a guidé vers le repentir et l’émigration.

 

 

Tiré du livre l’authentique des récits prophétiques

Auteur : D.Al-Achqar

Partager cet article

Repost 0
Published by miss28
commenter cet article

commentaires