Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2007 1 12 /11 /novembre /2007 15:43

Bismillahir rahmanir rahim

Dans ta façon de porter le voile 2

 

Cinquième condition : Ne pas ressembler aux vêtements masculins ni à ceux des non musulmanes.

 

L’imitation des hommes et des non-Musulmans est une grande interdiction, l’Imam al-Dhahabî(qu’Allah lui fasse miséricorde) cite cela dans son livre « al-Kabâ’ir » (p. 101) : « Dix-huitième péché majeur : Le garçon manqué et l’efféminé. »

 

D’ailleurs, quiconque imite un autre sexe que le sien est  maudit.

 

La mère des croyants ‘Âicha(qu’Allah l’grée) rapporte : « Le Messager d’Allah(sws) a maudit  la femme qui imite l’homme. » [14]

 

Abû Hurayra(re) rapporte que : « Le Prophète (sws) a maudit l’homme qui porte un vêtement de femme et la femme qui porte un vêtement d’homme. » [15]

 

Ibn ‘Abbâs(re) rapporte : « Le Messager d’Allah (sws) a maudit les efféminés parmi les hommes et les  hommasses d’entre les femmes » [16]

 

Ainsi, il n’est pas permis à la femme de porter toute chose comportant une imitation des hommes car c’est s’opposer à la Volonté d’Allah (ezwj) et refuser la forme parfaite qu’il lui a donnée d’une part. D’autre part, c’est aller à l’encontre de l’aspect physique sous lequel Allah (ezwj)la créa, chose néfaste aux intérêts de la vie poussant la femme à se préoccuper de ce qui ne lui a pas été ordonné et de ce pour quoi elle n’a pas été créée.

 

Cela est clairement visible de nos jours, les femmes portent couramment des pantalons, certaines même le vêtement complet d’un homme à savoir le costume, tandis que d’autres vont jusqu’à porter des cravates. Alors que ce sont là les vêtements les plus propres aux hommes et plus précisément aux non-Musulmans.

 

Voyez les slogans de mode étranges et les vêtements confectionnés à cet effet, les pantalons serrés et les chemises courtes, moulantes et transparentes laissant apparaître les charmes de la femme, et après cela elle porte un couvre-chef ou un voile sur la tête. C’est, en réalité, un voile déformé…Déformé par  l’occident, propagé par le biais des défilés de mode aux mœurs décadentes et qui occupe une place prépondérante dans le cœur de nombreuses musulmanes aujourd’hui. Quel désastre que cette nouvelle déformation !

 

Tout comme la femme n’a pas le droit d’imiter les hommes dans sa tenue vestimentaire, elle n’a également pas le droit d’imiter les non-Musulmanes. Dès lors que l’interdiction de cette imitation faiblira dans le cœurs, l’allure sera la même, puis la conduite, enfin la croyance, Allah nous préserve.

 

Le Messager d’Allah(sws) a dit : « Différenciez-vous des polythéistes. » [17]

 

 Dans un autre hadîth, il (sws) dit : « Différenciez-vous des mazdéens. »[18]

 

Le Shaykh de l’Islam Ibn Taymiyya( qu’Allah lui fasse miséricorde) a dit :  « La différenciation d’eux dans la conduite apparente est un intérêt et bienfait pour les adorateurs d’Allah croyants car dans cette différenciation se trouve la distinction menant à l’éloignement des actes des gens de l’enfer. »[19]

 

Ibn al-Qayyim(qu’Allah lui fasse miséricorde) a dit : « Il a dit interdit d’imiter les gens du Livre et autres parmi les mécréants à maintes reprises parce que l’imitation apparente est une porte menant à la similitude des cœurs car si la conduite est la même le cœur le sera également. » [20].

 

 

 

Sixième condition : Il ne doit pas comporter de croix.

 

La croix, chercher sa bénédiction, la fabriquer, la porter et l’utiliser comme embellissement, tout cela fait partie des habitudes des polythéistes parmi les chrétiens, or il nous a été demandé de nous différencier d’eux comme nous l’avons vu : « Différenciez-vous des polythéistes. »

 

La tenue vestimentaire est l’un des signes distinctifs les plus importants des adeptes des religions et les adeptes de toute religion possèdent leur caractère propre et leur manière propre de se vêtir, se différenciant des autres. L’un des principaux signes distinctifs des chrétiens est le port de la croix, c’est pour cela que ce qui s’oppose à une telle conduite est rapporté de manière authentique du Prophète (sws).

 

La mère des croyants, ‘Âisha(qu’Allah l’agrée) rapporte que le Prophète (sws) ne laissait rien dans sa demeure présentant des croix sans le détruire. [21]

 

Ce texte montre clairement l’interdiction de posséder une croix. Comment donc la porter, l’utiliser comme embellissement et y inciter en s’y rattachant à travers la conduite externe ?

 

Difra Umm’Abd al-Rahmân b. Udhayna (qu’Allah lui fasse miséricorde) a relaté : « Nous effectuions le Tawâf autour de la Ka’ba en présence de la mère des croyants ‘Aisha lorqu’elle aperçut une femme ayant une longue robe sur laquelle il y avait des croix, elle dit : « Jette-la car quand le Prophète(sws) voyait une chose identique, il la découpait. » [22]

Ibn Muflih (qu’Allah lui fasse miséricorde) a dit : « il est détestable de porter un vêtement ou autre présentant une croix. Ibn Hamdân a dit : « Cela peut aussi être une interdiction. » [23]

 

Septième condition: Il ne doit pas y avoir de représentation figurée

 

Il y a deux raison à cela.

 

La première :  Nous avons vu que le vêtement ne doit pas être une beauté en soi, or s’il y a des représentations, même de choses telles que des fleurs, des arbres ou d’autres motifs, cette condition n’est plus remplie.

 

La deuxième : L’interdiction de représenter des êtres vivants qui ont une âme et de porter des vêtements avec ces représentations plus particulièrement.

 

De nombreux hadîth sont rapportés à ce propos : La mère des croyants ‘Aisha(qu’Allah l’agrée) a relaté : « Le Prophète (sws) entra auprès de moi alors que j’avais mis un rideau fin coloré sur lequel il y avait des représentations figurées. Lorsqu’il le vit, il changea de couleur et le déchira de la main puis dit : « Certes, les gens qui auront le plus dur  châtiment au Jour de la Résurrection sont ceux qui imitent la création d’Allah. » [24]

 

Abdullâh b. Mas’ûd(re) rapporte que le Messager d’Allah(sws) a dit : « Certes, les gens qui auront le plus dur châtiment au Jour de la Résurrection sont ceux qui font des représentations figurées»[25] Anas b. Mâlik rapporte : « Aisha avait un rideau fin coloré dont elle avait couvert un côté de sa demeure et le Prophète (sws) de lui dire :« Enlève[-le] de ma vue car ses représentations ne cessent de me venir à l’esprit dans ma prière. » [26]

 

D’ailleurs, l’Imam al-Bukharî (qu’Allah lui fasse miséricorde) a consacré à ce hadîth un chapitre initulé : «  De la réprobation de prier dans des vêtements sur lesquels se trovent des représentations figurées. »

Nous avons également vu le hadîth rapporté par ‘Âisha( qu’Allah l’agrée) relatant que le Prophète (sws) ne laissait rien dans sa demeure qui portait une croix sans l’abîmer. Al-Bukhârî a consacré à ce hadîth un chapitre intitulé : « De la destruction des re présentations figurées. »

 

L’érudit Ibn Hajar (qu’Allah lui fasse miséricorde) a dit : « Apparemment, il a déduit de la destruction de la croix le fait de détruire également les représentations figurées qui ont la même valeur dans la signification,  à savoir leur adoration en dehors d’Allah. Et on désigne par représentation figurée dans ce titre spécialement celle d’être qui ont une âme, mais cela est encore plus précis. » [27]

 

Les textes prophétiques à ce sujet sont très nombreux.

 

Cependant, certains ont argumenté par le texte suivant la permission des représentations figurées sur les vêtements.

Busr b. Sa’îd tient d’après Zayd b. Khâlid selon Abû Talha, le compagnon de l’Envoyé d’Allah (sws), que le Messager d’Allah (sws) a dit :  « Certes, les Anges n’entrent pas dans  une demeure où se trouve une représentation figurée. »

 

Busr a dit : « C’est alors que Zayd tomba malade et nous de lui rendre visite, et nous vîmes sur sa porte un rideau sur lequel il y avait une représentation figurée. Je dis à ‘Udaydullâh al-Khawlânî :

 

« Zayd ne nous a t-il pas parlé des représentations figurées l’autre jour ? » Et ‘Ubaydullâh de dire : « Ne l’as-tu point entendu dire : sauf un motif sur un tissu ? » [28]

 

En fait, les savants ont expliqué cela par les représentations de ce qui n’as pas d’âme.

 

Al-Nawawî(qu’Allah lui fasse miséricorde) a dit : « On peut concilier entre ces hadîth par le fait que l’exception du motif sur un tissu concerne celui sur lequel ne figure pas d’être animé d’une âme comme un arbre ou autre. » [29]

C’est une explication judicieuse, al-Sahâranfûrî précise que c’est le point de vue de la majorité[30], si ce n’est qu’il faut exclure le vêtement de la femme en présence d’hommes étrangers car ce motif est en fait une parure en soi, chose interdite comme nous l’avons vu.

Plus d’un savant ont mentionné l’interdiction de porter des vêtements sur lesquels il y a des représentations d’être pourvus d’âme.

 

Ibn ‘Abd al-Barr(qu’Allah lui fasse meséricorde)- suite au hadith de ‘Aisha (qu’Allah l’agrée) qui a précédé- a dit :

 

« Ce hadîth implique l’interdiction d’utiliser tout vêtement ou autre sur lequel il y a des représentations figurées et d’en faire usage, que cela soit sur un tissu ou autre chose et que ce soit un tissu sur lequel on marche ou non. » [31]

 

Al-Safârînî cite dans « Ghadhâ al-Albâb” (t. ,p. 167) d’après l’auteur de l’ouvrage « al-Furû » cette parole : « Et il est interdit pour tous –c’est-à-dire hommes et femmes- de porter un vetement sur lequel il y a la représentation d’u animal. »

 

 

 

Huitième condition : être confectionné à partir d’une matière pure et licite

 

Il n’est pas permis de porter ce que l’on sait avec certitude être tissé à partir d’une chose impure ou cousu avec des poils de porc.

Ibn Abî Shayba rapporte dans « al-Musannaf » avec une chaîne de transmission authentique d’après Ibn Sîrin (qu’Allah lui fasse miséricorde) qu’il ne portait pas des chausson cousu avec des poils de porc [32]

 

De même, il n’est pas permis de porter un vêtement fait du cuir d’une bête morte sans l’avoir tanné ou purifié. Tout comme il n’est pas permis de porter un vêtement fait en léopard selon le hadîth de Mu’awiya b.Abî Sufyân(re) : « Ne portez pas le tissu en soie ni léopard. » [33]

 

C’est-à-dire la peau de léopard et cela est valable pour toutes les autres bêtes féroces.[34]

Toute chose dont l’utilisation est interdite et entrant en ligne de compte dans la confection des vêtement, il n’est pas permis de la porter, la vendre ni l’acheter si ce n’est avec condition, et Allah est meilleur Connaisseur.

 

 

 

Neuvième condition : Ne pas inciter à l’orgueil et la vantardise

{Et ne foule pas la terre avec arrogance : car Allah n’aime pas le présomptueux plein de  gloriole} (S. Luqmân :18)

 

Abû Hurayra(re) rapporte que le Prophète (sws) a dit :« Un homme marchait, quand il s’éprit de gloriole pour sa chevelure abondante et sa tunique, c’est alors que la terre l’engloutit. Ainsi, il s’agite sous terre jusqu’à ce que vienne l’heure. » [35]

 

Ibn Mas’ûd(re) rapporte que le prophète (sws) a dit :  « N’entrera pas au Paradis celui qui possède dans le cœur le poids d’un atome d’orgueil. »

 

Un homme s’exclama alors : «  La personne aime que son vêtement soit beau et que ses chaussures soient belles. »

Et lui (sws) de répondre :  « Certes, Allah est Beau et Il aime la beauté. L’orgueil, c’est le mépris du droit et le dédain envers les gens. »[36]

 

Ces deux hadîth prouvent clairement la permission de porter de beaux vêtements et de belles chaussures tant que cela n’engendre pas l’orgueil et qu’on ne les porte pas par vanité, dès lors cela devient interdit.

Ces deux hadîth prouvent clairement la permission de porter de beaux vêtements et de belles chaussures tant que cela n’engendre pas l’orgueil et qu’on ne les porte pas par vanité, dès lors cela devient interdit.

 

Dans la généralité de l’interdiction concernant la tenue vestimentaire figure également le fait d’ajouter plus que ce qu’il ne faudrait, que cela soit au niveau de la largeur ou de la longueur des manches ou du bas. Nous avons déjà vu le hadith relatif à l’introduction pour la femme que son vêtement dépasse une coudée.

 

Al-Nawawi(qu’Allah lui fasse miséricorde) a dit : « Al-Qâdî rapporte que les savants ont dit :  « …et de ce fait, tout ce qui va au-delà du besoin et de l’habituel dans la tenue vestimentaire au niveau de la longueur et de la largeur est répréhensible. » [37]

 

Les prédécesseurs pieux évitaient totalement totalamant tout ce qui pouvait, dans la tenue vestimentaire, engendrer l’orgueil et la vanité. Car bien qu’ils soient devenus aisés après la mort du Messager (sws), ils n’étaient nullement orgueilleux dans leurs vêtements. Ils se contentaient de ce dont ils disposaient et rapiéçaient leurs vêtements usés.

 

Kathîr Ibn ‘Ubayd relate : «  J’entrai auprès de ‘Aisha tandis qu’elle rapiéçait une chemise à elle, je dis : « Ô mère des croyants ! Tu rapièces ta chemise alors que tu donnes douze mille dinars ? »

 

Et elle de répondre : « Occupe-toi de tes affaires, ne possèdera rien de nouveau celui qui ne rapièce pas ce qui est usé. » [38]

‘Urwa Ibn al-Zubayr rapporte : « ‘Âisha distribuait par jour soixante-dix mille dinars tandis qu’elle rapiéçait sa chemise ou la raccommodait. »[39] 

 

Il convient donc à la (femme) musulmane qui désire obéir à son Seigneur de se choisir une tenue respectant les conditions religieuses, dont la confection est des plus modestes ainsi que son prix.

 

 


 

 

[14] Rapporté par Abû Dawud (4099) avec une chaîne de transmission authentique.)

 

[15] Rapporté par Ahmad, t.2,p352 ; Abu Dawud(4099) et al-Nasâ’î dans al-‘Ishrâ(371) avec une chaîne de transmission authentique.

 

[16] Rapporté par al-Bukhâri, t.p.181 ; Abû Dâwud (4930) ; al-Tirmidhî(2784) et al-Nasâ’î dans ‘Ishrat al-Nisâ, p.369.

 

[17] Rapporté par al-Buhkârî, t.4, p.39 et Muslim, t.1.p.22.

 

[18] Rapporté par Muslim, t.1,p. 222.

 

[19] Iqtidâ’ al-Sirât al-Mustaqîm, p.51.

 

[20] Ighâthat al-Lahfân,t. 1,p. 379

 

[21] Rapporté par al-Bukhârî, t.4, p.81.

 

[22] Rapporté par al-Nasâ’î dans al Sunan al-Kubrâ, t.5, p.54 avec une chaîne de transmission authentique remontant jusqu’à Difra.

 

[23] Al-Âdâb al-Shar’iyya, t.3, p, 504

 

[24] Rapporté par Ibn Abî Shayba, t . 5, p. 200 de qui les termes ; al-Bukhârî, t, 4,p. 111, Muslim, t. 3, p. 1667 et al-Nasâ î, t. 8, p. 214.

 

[25] Rapporté par Ibn Abî Shayba, t.5,p. 200 ; Ahmad, t. L, p. 375 ;  de qui sont les termes ; al-Bukhari, t.4, p. 81 ; Muslim, t.3,p. 167 et al-Nasâ î, t. 8, p.216.

 

[26] Rapporté par al-Bukhârî, t. 4, p. 82.

 

[27] Voir Fath al-Bârî, t. 10, p. 398.

 

[28] Rapporté par al-Bukhari, t.4, p. 82 ; Muslim, t.3,p. 1665 ; Abû Dawud(4155) et al-Nasâ î, t.8, p. 212.

 

[29] il l’a tiré d’Ibn Hajar dans al-Fath, t. 10, p,. 405.

[30] Voir Badhl-Majhûd fî hal Abî Dawud, t.17, p.38. Quant à al-Qurtubî, il concile entre le hadith de Aisha mentionnant l’interdiction et celui de Zayd b. Khâlid en avançant que le texte de ‘Âisha sous-entend la réprobation tandis que celui d’Abû Talha la permission absolue, qui ne contredit pas la réprobation. Cela est cité dans al-Fath, t. 10, p. 406 et est totalement improbable. Le plus fort point de vue est celui de la majorité. Allah(swt) est meilleurs Connaisseur.)

[31] voir al-Tamhîd, t. 16, p. 51.

 

[32] Voir al-Musannaf, t. 5, p. 207.

[33] Rapporté par Abû Dawud (4129) et Ibn Mâjah (3556) avec une chaîne de transmission authentique.

[34] On appelle bête féroce tout  prédateur possédant des crocs, attaquant l’homme et les autres animaux et les dévorant, tel que le lion, le loup, le tigre, le tigre, le léopard et autres. Par contre, le renard, même s’il a des crocs, n’est pas une bête féroce car il n’attaque pas les petits du bétail et ne mord aucun animal ». Voir Lisân al-‘Arab d’Ibn Manzûr, t. 3, p. 1924.

[35] Rapporté par al-Bukhâri, t.4, p. 54 et Muslim, t.3, p.1653-1654 [dont ce sont les termes.

[36] Rapporté par Muslim, t. 1, p. 93 et al-Tirmidhî (1999)

[37] Voir Sharh Sahîh Muslim, t. 14, p.63.

 

[38] Rapporté par Hanâd dans al-Zuhd (706) et al-Bukharî dans al-Adab al-Mufrad (471) avec une chaîne de transmission assez bonne.

[39] Rapporté par Hanâd Ibn al-Sirrî dans al-Zuhd (617) ; Ahmad dans al-Zuhd (206) ; Abû Dawud dans al-Zuhd (235) et Abû Nu’aym dans al-Hilya, t.2,p.47. La chaîne de transmission est authentique.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Shaykh 'Amr'Abd al-Mun'im Salîm - dans femme
commenter cet article

commentaires