Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 décembre 2007 3 19 /12 /décembre /2007 00:10

 

 

Le poète allemand Goethe a dit : « J’ai cherché dans l’histoire un modèle parfait pour cet homme et je l’ai trouvé dans le Prophète arabe Muhammad » [94].

 

Le professeur (Kith More) dit dans son livre « The developping human » : « Je n’éprouve pas de difficulté à accepter que le Qur’an est la parole de Dieu ; en effet, la description de l’embryon dans le Qur’an ne peut pas être bâtie sur la connaissance scientifique du septième siècle. La seul explication est que cette description a été révélée à Muhammad » [95].

 

W. Durant dit dans son livre « Histoire de la civilisation » vol.11 : « Si nous jugeons la grandeur par rapport à l’influence du grand sur les gens, nous dirons que le Messager des musulmans est le plus grand  des grands de l’histoire. Il a réfréné le fanatisme, les superstitions et a établi au dessus de judaïsme, du christianisme et de l’ancienne religion de son pays une religion facile, claire et puissante. Elle a réussi à rester jusqu’à nos jours une grande force intrinsèque » [96]

 

Georges De Tolz dans son livre La vie dit : « Le doute sur la mission de Muhammad c’est le doute sur la force divine qui cerne tous les êtres » [97].

 

 

Le savant Wilz dit dans son livre Le Prophète véritable : « La preuve la plus évidente de la sincérité du Messager est le fait que sa famille et les gens les plus rapprochés de lui soient les premiers à croire en lui. Ils connaissaient en effet tous ses secrets. S’ils avaient douté de  sa sincérité, ils n’auraient pas cru en lui » [98]

 

L’orientaliste Hail dit dans son livre La Civilisation des Arabes : Nous ne connaissons pas dans l’histoire de l’humanité qu’une religion s’est propagée à une telle vitesse et a changé le monde comme l’a fait l’Islam. Muhammad a donné l’existence à une communauté, a  établir l’adoration d’Allah sur terre, a mis sur pied les fondements de la justice et de l’égalité sociale, et a imposé l’ordre, l’harmonie, l’obéissance et l’honneur parmi des peuples qui ne connaissaient que l’anarchie » [99].

L’orientaliste espagnole Jean Lik dit dans son livre «  Les arabes » : « Il n’est pas possible de faire une description de la vie de Muhammad qui soit meilleure que ce qu’Allah a

 

« Et Nous ne t’avons envoyé qu’en miséricorde pour l’univers » [100].

 

Bernard Chou dit son livre : L’Islam cent ans après : « Le monde entier acceptera l’Islam et même s’il ne l’accepte pas avec son nom véritable, ce sera avec un nom d’emprunt. Il arrivera un jour où l’Occident embrassera la religion islamique. L’Occident a pendant des siècles, lu des livres pleins de mensonges sur l’Islam. J’ai écrit un livre sur Muhammad, mais il a été censuré parce qu’il sort de la tradition des anglais. Il dit également : L’Islam est la religion dans laquelle nous trouvons les avantages de toutes les religions et nous ne trouvons pas ses avantages dans d’autres religions » [102].

 

 

 


[94] Muhammad dans la littérature scientifique impartiale / Muhammad Ousmane Ousmane p.20

 

[95] Professeur d’anatomie et d’embryologie à l’université de Toronto au Canada. Cité d’après le livre : Muhammad a gagné et le Messie n’a pas perdu, Dr Abdul Mou’ty Ad-Dâlâty.

 

[96] Muhammad a gagné et le Messie n’a pas perdu, du Dr Abdul Mou’ty Ad-Dâlâty.

 

[97] Voir référence précédente.

 

[98] Voir référence précédente

 

[99] Voir référence précédente

 

……..

 

 

Repost 0
Published by Abdou-Rahman Ach-Cheina - dans Le Prophete(sws)
commenter cet article
21 octobre 2007 7 21 /10 /octobre /2007 00:23

Bismilahir rahmanir rahim

 

Dans le Qur’an

 

Notre Seigneur le très Exalté dit : « Muhammad n’a jamais  été le père de l’un de vos hommes, mais le messager d’Allah est le dernier des prophètes ».

 

Jésus(as) a fait la bonne annonce de la prophétie de Muhammad dans l’Evangile. Allah dit « Et quand Jésus fils de Marie dit :  « Ô Enfants d’Israël, je suis vraiment le Messager d’Allah(envoyé) à vous, conformateur de ce qui, dans la Thora, est antérieur à moi, et annonciateur d’un Messager à venir après moi, dont le nom sera Ahmed ».

Dans la Sunna prophétique

 

Cette parole du Prophète(sws) : « Comparée à celle des Prophètes qui m’ont précédé, ma situation est pareil à celle d’un homme qui a bâti une maison, l’a embellie et parée, sauf qu’il a laissé vide la place d’une brique dans un angle. Les gens sont venus visiter cette maison. Ils l’ont admirée et ont dit : Pourquoi n’as-tu pas posé cette brique ? C’est moi qui suis cette brique et je suis le sceau des Prophètes » (rapporté par Al Boukhari)

 

Dans les livres célestes (bible) 

 

Atâ ibn Yassar(radhuiallah en’nhou) rapporte : J’ai rencontré Abdullah ibn Amr ibn Al Ace et lui ai dit : Informe-moi au sujet de la description du Messager d’Allah dans la Torah ? Il dit : Naturellement ! Par Allah, il est décrit dans la Torah avec certains de ses attributs mentionnés dans le Qur’an : « Ô Prophète ! Nous t’avons envoyé[pour être] témoins, annonciateur, avertisseur et un refuge pour les illettrés. Tu es Mon esclave et Mon Messager ; Je t’ai nommé ‘celui qui place sa confiance en Allah’. Tu n’es pas un homme rude au cœur dur, ni criard dans les marchés. Tu ne repousses pas le mal par le mal mais pardonnes. Je ne te rappellerai pas à moi avant d’avoir redressé par toi la religion distorse et jusqu’à ce qu’ils disent : il n’y a point de divinité digne d’adoration en dehors d’Allah, et que J’ouvre par toi les yeux aveugles, les oreilles sourdes et les cœurs voilés ». Atâ ibn Yassar a dit : Ensuite je rencontrai Kaab, l’érudit et l’interrogeai. Ils ne divergèrent pas sur une seule lettre sauf que Kaab dit : des yeux aveugles, des cœurs voilés et des oreilles sourdes » (rapporté par Al Baïhaqi)

Le professeur Abdul Ahad Dawud (Cité d’après le livre Muhammad dans la bible du professeur Abdul Ahad Dawud, traduit par par Fahmi) a dit :

« …Cependant j’ai essayé de me baser dans ma discussion sur certaines parties de la Bible qui acceptent rarement un débat linguistique et je n’irai pas au latin, ni au grec, ni à l’araméen, parce que cela n’aura pas d’importance, sauf que je vais rapporter textuellement dans ce qui suit, les mots de la version authentique diffusée par l’Association britannique et étrangère de la Bible. Lisons ces mots que l’on retrouve dans le Deutéronome 18 :18 « C’est un Prophète comme toi que je leur susciterai du milieu de leurs frères ; Je mettrai mes paroles dans sa bouche »

 

Si ces mots ne s’appliquent pas à Muhammad, c’est qu’ils restent non concrétisés et non réalisés. En effet, le Messie lui-même n’a jamais prétendu que c’est à lui qu’allusion est faite ici. Même ses apôtres étaient du même avis et attendent le retour du Messie afin que la prophétie s’accomplisse. Or, jusqu’à présent il est évident et irréfutable  « que l’avènement du Messie » ne prouve pas ce que ce qui est venu dans cette phase : « C’est un Prophète comme toi que je leur susciterai » ne prouve pas ce qui est venu dans cette phrase : «  C’est un Prophète comme toi que je leur susciterai ». De même, le retour du Messie ne comporte point le sens de ces  mots…que le Messie, comme le croit l’église apparaîtra bientôt…que le Messie, comme le croit l’église apparaîtra bientôt en tant que juge et non comme celui qui apporte une nouvelle législation, alors que « le promis » est « celui qui vient comme porteur » de la législation ardent allumée dans sa main droit ».

 

En confirmant la personnalité du Prophète promis, l’autre prophétie attribuée à Moïse, dans tous les  cas, aide beaucoup lorsque nous parlons de « la lumière resplendissante d’Allah venant de Parân » : il s’agit du désert de la Mecque. Ensuite, il est dit dans le Deutéronome 33 :32 : «  Le Seigneur est venu du Sinaï, pour eux il s’est levé à l’horizon du côté de Séïr, il a resplendi depuis le mont de Parân ; il est arrivé à Mériba de Qadesh ; de son midi vers les pentes pour eux ». Dans ces  mots, il y a une comparaison de la lumière du Seigneur à la lumière du soleil. Il vient du Sinaï et pour eux il s’est levé à l’horizon du côté de Séir. Cependant il a resplendi avec la gloire depuis le mont Parân, étant donné qu’il a fallu qu’apparaissent avec lui dix milles saints et qu’il porte dans sa main droit une législation pour eux. Aucun israélien y  compris le Messie n’a eu un quelconque rapport avec Parân.

En effet, Hajar avec son fils  « Ismail » se sont promenés dans les labyrinthes du « puits d’Al Sab’ » et ce sont eux qui ont par la suite habité le désert de Parân.( Genèse chapitre 21, verset 21)

Et sa mère lui fit épouser une femme du pays d’Egypte. De son premier fils, Qédar(Adnan) sont issus les petit-fils arabes qui ont habité depuis cette période le désert de Parân et l’ont adopté comme partie. Si Muhammad, comme cela est connu de tous, est issu de la lignée d’Ismail et de son fils Quedar de Parân ; si ce dernier est ensuite entré à la Mecque avec dix milles saints (croyants) et a apporté la législation ardente à son peuple, ne serait-ce pas la concrétisation textuelle de cette prophétie précédemment évoquée ? Ensuite, il convient de souligner et de prêter attention particulière à cette prophétie d’Habaquq, le Prophète : « Chantez pour le Seigneur un chant nouveau. Chantez sa louange depuis le mont Parân… » Le mot louange ici est d’autant plus important que le nom Muhammad veut dire littéralement (celui qui est loué). En outre, les arabes, qui sont les habitants du désert de Parân avaient eu cette promesse : «  Qu’élèvent la voix le désert et ses villes, les villages où habite Quedar ;que les habitants du roc poussent des acclamations, du sommet des montagnes qu’ils lancent des vivats ; qu’on rende gloire au Seigneur ; qu’on publie dans les îles Sa louange ! Le Seigneur, tel un héros, va sortir, tel un homme de guerre, il réveille sa jalousie, il pousse un cri d’alarme, un grondement et contre ses ennemis se comporte en héros » (Esaïe 42 : 11-13).

Il convient également de souligner deux autres prophéties autour de ce sujet. En effet, allusion est faite au nom de Qédar(Adnan) dans Esaïe 60 : « Mets-toi debout et deviens lumière, car elle arrive, ta lumière : la gloire du Seigneur sur toi s’est levée…Un afflux de chameaux te couvrira, de tout jeunes chameaux de Madiân et d’Eifa ; tous les gens de Saba viendront…Tout le petit bétail de Quedar sera rassemblé pour toi, les béliers de Nebayoth seront pour tes offices ; ils monteront sur mon autel, ils y seront en faveur ; oui je rendrai splendide la maison de ma splendeur… »

De même, l’autre prophétie est venue dans Esaïe 21 :13-17 « Proclamation sur l’Arabie. Vous allez passer la nuit dans la forêt en Arabie, caravanes de Dedân. Allez à la rencontre de l’assoiffé, apportez de l’eau, habitants du pays de Téma ; allez au-devant du fugitif avec son pain, car ils s’enfuient devant les épées, devant l’épée déchaînée, devant l’arc tendu, sous le poids du combat. Ainsi m’a parlé le Seigneur : Encore un an-année de mercenaire- et toute la gloire de Qédar sera anéantie, et il en restera bien peu parmi les arc des guerriers de Quédar »

Lis ces prophéties dans Esaïe de même que cela est venu dans un livre de la Thora qui parle de (la venu de la lumière de Dieu de Parân).

Si Ismail a habité le désert de Parân où est né son fils Qédar(Adnan) qui est lui même l’ancêtre des arabes ; s’il a été écrit que la révélation d’Allah viendra parmi les enfants de Qédar(Adnan) ; s’il incombe aux ouailles de Qédar de manifester leur acceptation du sacrifice saint pour glorifier « ma grandeur » étant donné que les ténèbres couvraient la terre de nombreux siècles ; s’il incombait  à cette partie de la terre d’accueillir la lumière de la part du Seigneur ; si toute cette gloire s’est accomplie pour Qédar et ce nombre d’archer de même que toutes les gloires des héros parmi les fils de Qédar, si tout ceci doit s’anéantir au cours d’une seule année après la fuite devant l’épée déchaînée, devant l’arc tendu, cette parole viserait-elle quelqu’un d’autre de Parân si ce n’est Muhammad ?! (Habaquq 3 :3)

 

Muhammad (sws) est en effet de la lignée de Qédar (Adnan) fils d’Ismail. Qédar s’était établi dans le désert de Parân. Muhammad(sws) est le seul Prophète par la voix duquel les arabes ont reçu la révélation divine lorsque les ténèbres couvraient la terre. A travers lui la lumière divine a rayonné à Parân, or la Mecque est la seule ville dans laquelle on glorifie le nom du Seigneur dans la maison. De même, les ouailles de Qédar sont venues recevoir la révélation sur l’autel(la maison d’Allah). Voici Muhammad(sws) qui est persécuté par son peuple et contraint d’émigrer(de la Mecque). Il est saisi par la soif  pendant qu’il fuit les épées déchaînées et les arcs tendus. Une seul année après de sa fuite, les descendants de Qédar l’ont rencontré à Badr. C’est l’endroit où il y a eu la première batailles entre les gens de la Mecque et le Prophète(sws). Après cela, les descendants de Qédar(les archers) ont été mis en déroute, puis toutes les gloires de Qédar s’en sont allées. Si les Prophètes saints ne sont pas ceux qui ont accepté la révélation et réalisé toutes ces prophéties, Cela veut dire que ces prophéties ne sont pas encore réalisées. De mêmes, la maison du Seigneur dans laquelle son nom est glorifié et à laquelle il fait allusion dans le chapitre 60, verset 7 est la maison sacrée d’Alla(swt) à la Mecque et non l’église du Messie comme le pensaient les exégètes chrétiens….

 

 

 

Dans le Nouveau Testament

 

Jésus(as) dit dans l’évangile de Barnabé 112 :16-18 : « parce que Dieu m’élèvera de la terre et changera l’apparence du traître au point que chacun croira que c’est moi. Malgré cela, lorsqu’il mourra d’une mort terrible, je resterai, moi, dans cette honte pendant longtemps dans le monde. Cependant, lorsque viendra Muhammad le messager saint de Dieu, cette souillure disparaîtra de moi ».

Toujours dans l’évangile de Barnabé au chapitre 39, il est dit : « Lorsqu’ Adam se tint sur ses deux pieds, il vit dans l’air une inscription resplendissante comme le soleil disant : « Il n’y a de divinité qu’Allah et Muhammad est le Messager d’Allah » le premier homme embrassa ces mots avec la tendresse paternelle et frotta ses yeux puis dit : « Béni soit le jour où tu viendras au monde » (Muhammad a gagné et le Messie n’a pas perdu, du Dr Abdul Mou’ty Ad-Dâlâty.)

Repost 0
Published by Abdou-Rahman Ach-Cheiha - dans Le Prophete(sws)
commenter cet article
20 octobre 2007 6 20 /10 /octobre /2007 19:13

Bismilhir rahmanir rahim

Hind ibn Abi Hâlah At-Tamimy était habile description des qualités du Prophète (sws), le présent comme suit : Le Messager d’Allah avait un visage somptueusement beau et rond, qui brillait comme la pleine lune. Il n’était ni trop petit, ni trop grand mais un peu au-dessus de la taille moyenne, ayant une tête somptueuse et des cheveux légèrement ondulés qui lorsqu’ils sont démêlés se dispersent, sinon ils ne débordent pas les lobes de ses oreilles lorsqu’ils sont fournis. Sa peau était d’une blancheur éclatante. Il avait un large front ; des sourcils fins, longs, abondants et sans couplage entre eux, laissant couler la sueur en cas de colère : un nez aquilin et bien fait surmonté d’une lumière qui fait croire à l’observateur qu’il s’agit d’une montagne haute ; une barbe épaisse ; des joues rebondies et luisantes ; une large bouche ; des dents belles et espacées ; des poils fins à la poitrine. Son cou était aussi beau que celui d’une poupée faite d’argent pur. Il avait un physique équilibré, ferme et cohérent ; le ventre et la poitrine en harmonie ; une large poitrine et de larges épaules, de grosses vertèbres, les poils formaient une ligne du haut de sa poitrine à son nombril. Ses pectoraux et son ventre étaient glabres. Ses bras, ses épaules et le haut de la poitrine étaient velus. Il avait de longs avant bras, de larges paumes de mains, de longs doigts, des mains et des pieds épais avec des extrémité fluides, les talons rarement en contact avec le sol lorsqu’il se déplaçait, des pieds lisses qui laissaient couler de l’eau. Il marchait de manière aisée et humble avec de large pas. En marchant, il restait dressé comme s’il était sur une pente et, en se retournant, il le faisait de tout son corps. Il  avait le regard chaste, les yeux plus fixés au sol qu’au ciel, la plupart de ses regardes était le premier à saluer lorsqu’il rencontrait quelqu’un. J’ai dit : décris-moi sa manière de parler. Il dit : Le Messager d’Allah était constamment préoccupé et méditatif, sans répit, il ne parlait pas sans besoin et était plutôt taciturne. Il débutait et clôturait son propos par le coin de la bouche. Il était concis et sage, juste sans futilités ni rude ni ignoble. Il avait de la considération pour tout bienfait, aussi petit soit-il. Il ne critiquait pas un goût ni ne faisait son éloge. Il ne se fâchait pas pour vie d’ici-bas et ni ne se mettait en colère pour elle. Il ne se fâchait ni ne se vengeait pour des raisons personnelles. Quand il pointait quelque chose, il le faisait avec toute sa main. Quand il était étonné, il la retournait et quand il parlait il la tenait en frappant la paume de sa main droit avec l’intérieur du pouce gauche. Quand il était en colère, il pardonnait et mettait en garde. Il baissait les yeux et ne riait presque jamais à gorge déployée quand il était content Il se contentait tout simplement du sourire laissant apparaître des dents blanches. J’avais caché cela pendant un certain temps à Al-Hussain avant de décider de lui en parler. Je m’étais rendu compte qu’il était aussi bien renseigné que moi à ce sujet. Il avait interrogé son père sur l’attitude du Messager d’Allah (swt) chez lui et la manière dont il occupait son temps ainsi que sur son apparence physique ; bref il voulait tout savoir sur le Messager (sws). Hassan dit : Lorsque j’ai interrogé mon père au sujet de la répartition du temps du Messager d’Allah(swt) il a répondu : Il lui était permis de consacrer un temps pour lui personnellement. Quand il retournait chez lui, il divisait son temps en trois parties : une partie pour Allah, une partie pour sa famille et une partie pour lui-même, puis il divisait la partie qui lui revenait entre lui-même , les gens et leurs élites et ne ménageait aucun effort pour eux. Il avait pour habitude de privilégier les gens qui avaient un grand mérite en religion dans le partage de la partie consacrée à sa communauté. Il y avait parmi eux des gens ayant un besoin, d’autres en avaient deux, voire plus encore. Il s’occupait alors de ce qui était dans leur intérêt et celui de la communauté et les informait de la conduite à tenir. Il demandait aux présents d’en informer les absents et s’enquerrait également des problèmes de ces derniers. Il leur assurait qu’au Jour de la Résurrection, Allah raffermira les pas de celui qui transmet au sultan le besoin de celui qui ne peut pas l’atteindre. Il dit : je l’ai interrogé au sujet de sa langue et il m’a répondu : Le Messager d’Allah(sws) retenait sa langue sauf sur ce qui les concernait, les rapprochait et ne les divisait pas-ou n’inspirait pas d’aversion, aurait-il dit. Il honorait le noble de chaque peuple et lui reconnaissait son rang. Il appelait les gens à la prudence et leur demandait d’affûter leurs armes, sans toutefois priver quiconque de sa bonne humeur ni de son bon comportement. Il prenait des nouvelles de ses compagnons et demandait aux gens leurs préoccupations. Il appréciait et encourageait le bien, dépréciait et dénigré le mal. Pondéré, il n’était pas inattentif de peur qu’ils soient négligents et se détournent du droit chemin[…] Il ne déviait pas de la vérité et n’autorisait point cela aux gens autour de lui. Pour lui, les meilleurs et les plus préférés parmi eux étaient ceux dont les conseils étaient plus utiles. Les plus grands auprès de lui étaient ceux qui apportaient plus de réconfort et de soutien. J’e l’ai interrogé au sujet de sa manière de s’asseoir et il a dit : Le Messager d’Allah(sws) ne s’asseyait et ne se levait qu’en évoquant Allah. Ils ne s’asseyait pas à certains endroits et a interdit de s’y asseoir. Quand il se rendait chez des gens, il s’asseyait à la suite de l’assemblée et prescrivit cela. Il accordait la même attention à tous les gens assis en sa compagnie au point que chacun se croyait le plus honoré.

 

 

                                         Al-Moudjamou Al-Kabir (22/155)

 

 

Repost 0
Published by Abdou-Rahman Ach-Cheiha - dans Le Prophete(sws)
commenter cet article
19 octobre 2007 5 19 /10 /octobre /2007 16:38

Bismilahir rahmanir rahim

Qui sont les épouses du Prophète (sws)?

 

Combien d’épouses le Prophète - paix et bénédictions sur lui - a-t-il eues ? Quels sont leurs noms ? Pourquoi Dieu l’a-t-il autorisé à prendre plus que quatre épouses ?

 

Il est convenu que le Prophète - paix et bénédictions sur lui - eut douze épouses. Deux d’entre elles moururent de son vivant : Khadîjah Bint Khuwaylid et Zaynab Bint Khuzaymah. Et les neuf autres survécurent au Prophète - paix et bénédictions sur lui. Six de ses épouses étaient qurayshites, quatre étaient arabes non-qurayshites et une était non-arabe, à savoir Safiyyah Bint Huyay qui était israélite.

 

Les épouses qurayshites sont :

 

  1. Khadîjah Bint Khuwaylid : sa généalogie rencontre celle du Prophète - paix et bénédiction sur lui - au niveau de leur ancêtre commun Qusayy, qui était l’ascendant du Prophète au cinquième degré. C’est la première épouse du Prophète, elle lui donna tous ses enfants (`Abd Allâh, Al-Qâsim, Zaynab, Ruqayyah, Umm Kulthûm et Fâtimah), sauf Ibrâhîm, dont la mère était Mariyah Al-Qibtiyyah (Marie la Copte). Khadîjah mourut trois ans avant l’Hégire.

     

  2. Sawdah Bint Zam`ah : sa généalogie rencontre celle du Prophète - paix et bénédictions sur lui - au niveau de leur ancêtre commun Lu’ayy Ibn Ghâlib, qui était l’ascendant du Prophète au neuvième degré. Le Prophète l’épousa peu après la mort de Khadîjah. Il conclut l’acte de mariage à La Mecque. Le mariage fut consommé à la Mecque, dit-on, ou à Médine. Elle mourut en l’an 54 de l’Hégire.

     

  3. Â’isha Bint Abî Backr As-Siddîq: sa généalogie rencontre celle du Prophète - paix et bénédictions sur lui - au niveau de leur ancêtre commun Ka`b Ibn Lu’ayy, l’ascendant du Prophète au huitième degré. Le Prophète - paix et bénédictions sur lui - conclut l’acte de mariage avec `Â’ishah après son mariage avec Sawdah. Il consomma le mariage avec elle à Médine. Elle mourut en l’an 56 de l’Hégire, voire plus tard.

     

  4. Hafsah Bint `Umar Ibn Al-Khattab : sa généalogie rencontre celle du Prophète - paix et bénédictions sur lui - au niveau de leur ancêtre commun Ka`b Ibn Lu’ayy, l’ascendant du Prophète au huitième degré. Le Prophète l’épousa en l’an 2 ou en l’an 3 de l’Hégire et elle décéda en l’an 45 de l’Hégire.

     

  5. Umm Salamah, son prénom est Hind ou Ramlah : sa généalogie rencontre celle du Prophète - paix et bénédictions sur lui - au niveau de leur ancêtre commun Ka`b Ibn Lu’ayy, l’ascendant du Prophète au huitième degré. Il l’épousa après le décès de son mari en l’an 4 de l’Hégire. Elle mourut en l’an 58 de l’Hégire voire plus tard.

     

  6. Umm Habîbah, son prénom est Ramlah ou Hind : elle est la fille de Abû Sufyân. Sa généalogie rencontre celle du Prophète - paix et bénédictions sur lui - au niveau de leur ancêtre commun Ka`b Ibn Lu’ayy, l’ascendant du Prophète au huitième degré. Le Prophète conclut l’acte de mariage en l’an 7 de l’Hégire alors qu’elle était en Abyssinie. Elle mourut en l’an 44 de l’Hégire, mais il existe différentes opinions quant à la date de son décès.

     

Les épouses arabes non-qurayshites sont :

 

  1. Zaynab Bint Jahsh. Son père était de la tribu de Mudar et sa mère, Umaymah Bint `Abd Al-Muttalib Ibn Hâshim, était qurayshite. Le Prophète - paix et bénédictions sur lui - épousa Zaynab après qu’elle eut divorcé de Zayd Ibn Hârithah en l’an 3, 4 ou 5 de l’Hégire. Elle mourut en l’an 20 de l’Hégire, voire plus tard.

     

  2. Juwayriyyah Bint Al-Hârith Al-Mustaliqiyyah : elle fut capturée lors de l’expédition contre les Banû Al-Mustaliq. Le Prophète - paix et bénédictions sur lui - lui rendit la liberté et l’épousa en l’an 5 ou 6 de l’Hégire. Elle mourut en l’an 50 de l’Hégire, voire plus tard.

     

  3. Zaynab Bint Khuzaymah : elle était surnommée dans l’ère pré-islamique « la mère des pauvres » (Umm Al-Masâkîn). Le Prophète - paix et bénédictions sur lui - l’épousa en l’an 3 ou 4 de l’Hégire. Elle mourut en l’an 4. Elle fut l’épouse du Prophète pendant 2, 3 ou 8 mois.

     

  4. Maymûnah Bint Al-Hârith: le Prophète - paix et bénédictions sur lui - l’épousa en l’an 7 de l’Hégire lors de son pèlerinage mineur. Elle mourut à Sarf en l’an 51 de l’Hégire.

     

Quant à l’épouse non-arabe, il s’agit de Safiyyah Bint Huyayy Ibn Akhtab, des Juifs de la tribu de Banû An-Nadîr. Elle fut capturée à la bataille de Khaybar, puis le Prophète - paix et bénédictions sur lui - l’acheta à Dihyah et l’épousa en l’an 7 de l’Hégire. Elle mourut en l’an 50 de l’Hégire, voire plus tard.

 

Le Prophète - paix et bénédictions sur lui - conclut un contrat de mariage avec d’autres femmes, sans que le mariage ne soit consommé.

 

Quant à Mâriyah Al-Qibtiyyah, elle n’était pas une épouse libre liée par un contrat, mais une esclave que le Prophète possédait ; elle lui engendra Ibrâhîm et mourut en l’an 12 ou 16 de l’Hégire .

 

Le Prophète – (sws)- épousa un tel nombre de femmes selon la tradition des Arabes et d’autres nations qui pratiquaient la polygamie. Le verset qui limite le nombre d’épouses à quatre ne fut révélé au Prophète - paix et bénédictions sur lui - qu’après qu’il eut épousé toutes ses femmes. Dieu lui interdit alors d’épouser d’autres femmes et lui ordonna de maintenir celles qu’il avait déjà dans le giron prophétique, en récompense pour le choix qu’elles avaient fait auparavant de vivre avec le Prophète malgré la vie austère et ascétique qu’il menait. Le Très-Haut dit : « Il ne t’est plus permis désormais de prendre d’autres femmes, ni de changer d’épouses, même si leur beauté te plaît »( Sourate 33, les Coalisés, Al-Ahzâb, verset 52.). De même, Dieu interdit à quiconque de se marier avec l’une des épouses du Prophète - paix et bénédictions sur lui - après lui. Il dit : « Vous ne devez pas faire de la peine au Messager de Dieu, ni jamais vous marier avec ses épouses après lui ; ce serait, auprès de Dieu, un énorme péché »( Sourate 33, les Coalisés, Al-Ahzâb, verset 5). C’est pourquoi il ne répudia aucune de ses épouses afin qu’elles vivent auprès de lui et deviennent ses épouses au Paradis.

 

Le mariage du Prophète avec ses épouses n’était pas motivé par un désir charnel irrépressible, mais par des valeurs humaines nobles que l’on pourrait longuement développer. Si ses mariages étaient motivés par le désir sexuel, il aurait choisi d’épouser de jeunes vierges. Mais, en réalité, elles étaient toutes divorcées ou veuves, sauf `Â’isha. De même, si ses mariage était dus à une passion libidineuse, le Prophète n’aurait pas refusé toutes ces femmes qui se proposèrent à lui pour un mariage sans dot. En effet, le Prophète épousa chacune de ses épouses avec la Permission de Dieu. Le Prophète - paix et bénédictions sur lui - dit : "Jamais je n’ai épousé l’une de mes femmes, ni n’ai donné l’une de mes filles en mariage sans révélation de mon Dieu Tout Puissant par l’intermédiaire de Gabriel". Ce hadith ne contredit en rien le propos du Prophète : "J’ai aimé de votre monde ici-bas le parfum et les femmes, mais le comble de ma satisfaction réside dans la prière". En effet, cet amour des femmes est un amour de miséricorde qui poussa le Prophète - paix et bénédictions sur lui - à faire de nombreuses recommandations en faveur des femmes, y compris à la fin de sa vie. Pour de plus amples détails, consultez le volume 6 de « La famille sous les auspices de l’islam ».

 

 

Repost 0
Published by Sheikh Atiyyah Saqr - dans Le Prophete(sws)
commenter cet article
17 octobre 2007 3 17 /10 /octobre /2007 22:58

Question

Chers savants de l’islam,

 As-Salâmu alaykum wa rahmatullâhi wa barakâtuh.  

 

Pourriez-vous, s’il vous plaît, apporter quelque éclairage sur la noble figure du Prophète, paix et bénédiction de Dieu sur lui ? Jazakoum Allah khayran.

 Réponse

Wa `alaykum As-salâm wa rahmatullâhi wa barakâtuh.

Au nom d’Allah, le Tout Clément, le Tout Miséricordieux. A Lui toutes les louanges et tous les remerciements, que la paix et la bénédiction soient sur Son Messager.

Cher frère, je vous remercie vivement pour votre question qui reflète le profond amour que vous portez au Prophète Mohammad, paix et bénédictions de Dieu sur lui. Puisse Allah nous rassembler tous en sa compagnie dans le Jardin d’Al Firdaws . Amin !

Pour répondre à votre question, nous citerons ici la fatwa suivante émise par Dr. Muzammil Siddiqi, ancien président de la Société Islamique d’Amérique du Nord :

 

"S’adressant au Prophète Muhammad, paix et bénédictions de Dieu sur lui, Allah le Très Haut s’exprime en ces termes : "Et tu es certes d’une moralité éminente." (Sourate Al-Qalam, verset 4) "En effet vous avez dans le Prophète un excellent modèle, pour quiconque espère en Allah et au Jour dernier et invoque Allah fréquemment." (Sourate Al Ahzâb, verset 21)

 Muhammad : un homme d’exception

L’exceptionnalité du Prophète tient à ce qu’il ne fut pas seulement une grande figure de son temps mais une grande figure pour tous les temps et pour tous les peuples, indépendamment des considérations de races, de couleurs, de nationalités ou de situations géographiques. Son exemple valait pour les Arabes du septième siècle comme il vaut pour l’humanité actuelle, en ce début de vingt et unième siècle. Il constitue un excellent modèle pour riches et pauvres, jeunes et vieux, gouvernants et gouvernés, pour les gens doués d’une grande intelligence comme pour les esprits communs. Allah a fait de lui Son Envoyé pour toute l’humanité : " Dis :" Ô hommes ! je suis pour vous tous le Messager d’Allah, à Qui appartient la Royauté des cieux et de la terre. Pas de divinité à part Lui. Il donne la vie, Il donne la mort. Croyez donc en Allah, en son Messager,le Prophète illettré qui croit en Allah et en Ses paroles. Et suivez-le afin que vous soyez bien guidés." (Sourate Al-A`râf, verset 158)

 Le Prophète, paix et bénédictions de Dieu sur lui, mettait en pratique ce qu’il prêchait. Il a appliqué méticuleusement les préceptes du Coran, Parole d’Allah qui lui avait été révélée, à chaque instant et dans chaque détail de sa vie. C’est ainsi que sa vie fut le reflet de la Parole Divine. Il devint le Coran en personne, son incarnation et même, pour parler par métaphore : "la Parole divine en chair et en os". Un hadith en témoigne : Sa`îd Ibn Hishâm s’adressa ainsi à Â’ishah, l’épouse du Prophète, que Dieu l’agrée : "Parle-moi du caractère du Prophète, paix et bénédictions de Dieu sur lui". "Son caractère, répondit-elle, c’était le Coran." (Musnad Ahmad)

 Quelques qualités du Prophète

 La moralité du Prophète ne se réduisait pas à quelques traits de bonne moeurs mais recouvrait une grande diversité d’éléments et d’aspects de sa vie. Bon, compatissant, aimant, généreux et humble, il était également fort, courageux, éloquent, sage et d’une grande perspicacité. S’il fut un grand planificateur, un éminent organisateur et penseur, il fut aussi un homme empli de foi, de confiance et de piété envers Allah.

 Son implication active au sein de sa famille et de sa communauté ne lui faisaient aucunement négliger ses prières, son jeûne et son dévouement à Allah. En vérité, nul ne priait autant que lui. Exemplaire comme enseignant, prêcheur, Imam, chef, homme d’Etat, juge, commandeur des armées, il l’était aussi comme époux, père, grand-père, comme homme d’affaires, voisin et ami.

 Avant de recevoir l’honneur de la Mission Prophétique (Nubuwwah), il était connu parmi les Mecquois pour être "As-Sadiq Al-Amîn", la personne la plus véridique, la plus honnête et la plus digne de confiance ; caractère qu’il conserva tout au long de sa vie. Il n’a jamais failli à une promesse ou à un engagement. Ses ennemis eux-mêmes ne pouvaient le taxer de malhonnêteté.

 Il faisait montre de la plus grande humilité qui soit. C’était son habitude de se mêler aux pauvres et de s’asseoir parmi eux, faisant cesser l’usage de ceux qui restaient debout en sa présence. Toute place disponible dans une assemblée, quelle qu’elle fût, le satisfaisait, jamais il ne cherchait le surplomb ou la mise en avant, il pouvait ainsi arriver que les visiteurs ne sachent pas qui des personnes réunies était le Prophète. Ainsi,lorsqu’à la tête d’une grande armée victorieuse, il entra à La Mecque, ce fut en faisant la démonstration d’une humilité exceptionnelle, son front touchait la selle de son chameau !

Muhammad : une Miséricorde pour l’Humanité

 Il était la personne la plus miséricordieuse du monde. Allah dit de Lui qu’il est " une miséricorde pour les mondes". (Sourate Al-Anbiyâ, verset 107) Il exerçait cette qualité auprès de sa famille, de ses partisans, de ses amis mais aussi de ses ennemis. En bénéficiaient également jeunes et vieux, humains comme animaux. Ceux qui le persécutèrent à la Mecque, tuant ses proches et ses compagnons faits prisonniers lors des défaites, eurent eux-mêmes droit à son pardon. La constance constituait une donnée primordiale de son comportement moral. Après avoir déterminé une pratique saine ou une voie bénéfique, il s’y tenait et l’observait à jamais, répétant volontiers que : "L’action la plus aimée d’Allah est celle qui est accomplie régulièrement, même si elle n’est que peu de chose." (Al-Bukhârî, n°5983).

Ses noms

Le Prophète, paix et bénédictions de Dieu sur lui, a plusieurs noms, à l’unisson de ses qualités. Mentionnés à la fois dans le Coran et les hadiths, voici quelques-uns de ses plus beaux noms :

Muhammad (le Loué) ; Ahmad (le Plus Digne de louange) ; Hâmid (le Dispensateur de louanges et de remerciements) ; Ar-Rasûl (le Messager) ; An-Nabî (le Prophète) ; Shâhid (le Témoin) ; Rashîd (le Droit) ; Bashîr (l’Annonciateur de bonnes nouvelles) ; Nadhîr (l’Avertisseur) ; Dâ`î (Celui qui appelle à Allah) ; Hâdi (le Guide) ; Mâhî (celui par qui Dieu efface le mal et la mécréance) ; Fâtih (le Conquérant) ; Râ’ûf (compatissant) ; Rahîm (miséricordieux) ; Mujtabâ (Celui qui a été choisi) ; Mustafâ (l’Élu) ; Murtadâ (L’Agréé) ; As-Sâdiq (le véridique) ; Al-Amîn (le loyal) ; Musaddiq (Celui qui corrobore la vérité) ; Habîbullâh (l’Aimé d’Allah) ; Safiyyullâh (Celui qu’Allah a choisi) ; Najiyyullâh (le Protégé d’Allah) ; Shakûr (Le très reconnaissant) ; Karîm (généreux) ; Hakîm (sage) ; Sayyid (le maître ou le leader) ; Sirâj Munîr (luminaire rayonnant) ; Jawâd (très Généreux) ; `Âdil (Juste) et Khâtam Ar-Rusul (le Sceau des Prophètes).

 Que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur lui !

 Et Allah Tout Puissant est plus savant.

Source: http://www.islamophile.org/spip/article351.html

 

Repost 0
Published by Dr Muzammil Siddîqî - dans Le Prophete(sws)
commenter cet article
26 août 2007 7 26 /08 /août /2007 19:05

 

Bismillahir rahmanirrahim

Sa généalogie

 Il est Abû Qassim Muhammad, fils de Abdallâh, fils de Abdul Muttalib ; sa généalogie remonte jusqu’à Adnan qui fait partie des fils d’Ismail (als), le Prophète d’Allah, fils d’Ibrahim (als), l’ami intime d’Allah. Sa mère est Amina, fille de Wahb et sa lignée remonte  jusqu’à Adnan qui fait partie des fils d’Ismail (als), le Prophète d’Allah, fils d’Ibrahim(als), l’ami intime d’Allah. Le Prophète (sws) a dit : « En vérité, Allah a choisi Kinâna parmi les fils d’Ismail et a choisi Queurçage parmi la descendance de Kinâna et dans la lignée de Queurçage, il a choisi les fils de Hâchim et m’a élu parmi les fils de Hâchim »

 

 

Sa vie

 Muhammad est né aux alentours de 570 à la Meique, il était orphelin à son jeune age donc il était pris en charge par son oncle. Il était commerçant, marié à l’age de 25 ans et il a vécu une vie relativement modeste et calme. Il était cependant bien respecté et il était connu pour son honnêteté  et intégralité. Il était connu par son peuple comme étant le  digne de confiance(Al Amine). Aussi, lui confiaient ils leurs dépôts et consignaient leurs biens auprès de lui lorsqu’ils voulaient voyager. Il était également connu comme le véridique, en raison de la sincérité qu’ils lui connaissaient dans ce qu’il disait et racontait. 

Avant que sa mission lui soit confiée, il était enclin à la solitude et passait des nuits entières dans la grotte de Hirâ pour méditer. A l’age de quarante ans, il reçut la révélation de tout puissant. Il a commencé à inviter ouvertement son peuple de la Meique   à l’unicité d’Allah, à l’abandon de l’adoration d’autres que lui et à traiter d’insensés leurs esprits  et leurs idoles. Il invitait également à l’équité entre tous les hommes en prônant la piété comme critère de supériorité. Lui et ses premiers partisans étaient  persécuté pour leurs croyances, mais beaucoup de gens commençaient a devenir musulman. Après la persécution et la souffrance qu’il a subies, Lui et ses faibles compagnons de la part de son peuple, l’autorisation leur fut donnée d’émigrer à Médine, la Lumineuse où il fut accueilli chaleureusement. Ce fut le point de déclin de son appel et cette ville devint la capitale de l’Etat Islamique. Le Prophète (sws) s’y établit et leur enseigna le Qur’an et les préceptes de la religion. Ils furent influencés par le caractère noble du messager (sws) et ses attributs sublimes. Ils l’aimaient plus qu’ils ne s’aimaient eux-mêmes. Ils s’empressaient de le servir et sacrifiaient ce qu’ils avaient de plus cher pour sa cause. Ils vécurent dans une société pieuse et spirituelle où le bonheur régnait et où se manifestaient l’amour, la concorde et la fraternité. Le riche  et le pauvre, le noble et le roturier, le blanc et le noir, l’arabe et le non arabe devinrent égaux dans cette grande religion où il n’y a de supériorité et de différence entre les gens que par la piété.  Une année après son installation à Médine, les affrontements commencèrent entre lui et son peuple qui n’appréciait guère la portée sans cesse croissante de son message.  C’est alors que la première bataille de l’Islam eut lieu, à savoir la bataille de Badr entre deux groupes inégaux tant sur le plan du nombre que sur le plan de l’armement : les musulmans comptaient 314 combattants tandis que les mécréants en avaient 1000. Allah soutint son Messager et ses compagnons qui sortirent vainqueurs de la bataille. Puis, se succédèrent les batailles entre les musulmans et les mécréants. Huit ans après, le Prophète put apprêter une armée de 10000 combattants qui se dirigea vers la Meique et la conquit. Ainsi il mit en déroute sa tribut et son peuple qui lui avaient causé toutes formes de tord et persécuté ses adeptes au point qu’ils durent abandonner leurs biens, leurs enfants et leur pays. Il obtint une grande victoire sur son peuple et baptisa cette année . 

Alors, bon nombre d’entre eux embrassèrent l’Islam. Ensuite le Messager (sws) retourna à Medine. Quelque temps après, il reprit la direction de la Mecque pour le pèlerinage accompagné de 114000 de ses compagnons. Cet unique pèlerinage qu’il a accompli également connu comme étant le pèlerinage d’adieu.

Le Prophète (sws) mourut à  l’age de 63 ans à Médine le lundi 12 Rabiouthani de l’an 11 de l’Hégire et fut enterré.

Muhammad (sws) a vécu  dans une lumière de l’histoire, ses compagnons ont pris bien soin de préserver ses enseignements. Ils ont collecté ensemble tout les  hadith qui sont les sources de loi Islamique avec le Qur’aan.

Muhammad (sws) a enseigné beaucoup de choses qui ont vraiment transformé la société. Il (sws) a encouragé la libération d’ esclaves, (1200 ans après Abraham Lincoln) et « l’Amérique a besoin de comprendre l’Islam, parce que c’est la seul religion qui efface les problèmes de race »

"aucun blanc n'est meilleur qu'un noir et aucun noir n'est meilleur qu'un blanc. la supériorité est par la droiture et seul très croyant"

MALCOM  X a dit

Shaw a écrit « Si un homme comme Muhammad (sws) assurait une dictature du monde moderne, il réussirait dans les résolutions du problème »

Et il sera capable d’établir un état à travers les terres musulman, basé que sur la loi de Dieu. Muhammad (sws) est un exemple pour tous les gens, il est un Prophète exemplaire, que se soit dans le domaine d’homme d’Etat, militaire, chef, dirigeant, professeur, voisin, mari, père et ami. Ses actions et interactions avec les gens et décision forme les bases de la vie de musulman aujourd’hui.     

 

 

 

  

 

 

 

Repost 0
Published by A.R.Ach-Cheiha and “ the Islaamic Awareness Society U.K” - dans Le Prophete(sws)
commenter cet article